Longue marche France – Pologne | Jour 32 | Cumul 570 kms

5h30. Je me réveille furieuse, avec l’impression d’avoir gobé un cactus. Depuis mes deux jours de pause, la remise en chemin est ardue.

7h30. Tant bien que mal, je me mets en route. Mais voilà que la Viarhona, que je suis depuis plusieurs jours maintenant, se met à bifurquer. Pensant couper, je m’engage dans un petit chemin de terre qui atterrit au milieu de…

Nulle part.

Encore plus agacée qu’au réveil, je me mets à râler tout haut, cherchant la sortie de ce champ grillagé derrière une entreprise de la petite ville.

J’aperçois alors un campeur, en train de replier sa tente. Sûrement un cycliste de la Viarhona.

« Tu sais où est la sortie de ce champ? »

Il me répond en anglais qu’il n’y a pas de chemin ici. Je peste. Ce qui, contre toute attente, le fait sourire. Il me propose d’aller boire un café.

« No, i have to walk today »

Je prends alors un instant pour respirer. Vu mon état de porc-epic, je vais rien walker du tout. A part droit dans le mur.

Nous voilà partis. Le jeune homme a mon âge environ, il est hongrois, saisonnier dans la vigne. Il vient de terminer sa mission, et repart la semaine prochaine en Roumanie, où vivent sa femme et sa fille a qui il envoie de l’argent tous les mois. Il porte un short militaire, à ses affaires dans un grand sac vert. Un chapeau.

Il m’invite. Je me détends. Ses yeux bleus reflètent une sérénité malicieuse. J’en croise rarement.

Quand je commence à lui parler des trèfles, il se précipite sur mon porte-feuille… et m’en offre un a quatre feuilles. Premier échange du chemin.

Quand je lui dis que je voyage grâce aux dons, il farfouille encore dans son portefeuille. Yeux bleus qui me fixent droit, me tendant un billet de 50€. Je refuse catégoriquement.

« J’ai fait le tour de l’Europe il y a 9 ans, je n’avais pas d’argent. J’ai tant reçu. Maintenant, c’est à moi de donner »

Emue, je refuse encore.

Il met le billet dans mon livre, au milieu des trèfles qui sèchent. Je fonds en larmes.

Il m’offre un mouchoir, avec le même sourire tranquille que quand j’étais furieuse, une heure plus tôt.

Sur le paquet, il est écrit « Choose happy »

*
Pour soutenir mon projet, recevez une carte postale du chemin ou participez à la cagnotte en ligne! 🫶

– Laura Lalande

Retrouvez l’intégralité des chroniques de mon voyage sur Facebook et Instagram :